Volkswagen...Coulisses de la manipulation des Médias, de l'internet... : "Croyez-moi Je vous mens" Ryan Holiday. Confession d'un manipulateur des médias, du marketing, des relations publiques. Regard de Laurent Bourrelly.

Jeudi 24 Septembre 2015

Croyez-moi, je vous mens. Confessions d'un manipulateur des médias de Ryan Holiday, jeune prodige des médias (27 ans) à la tête de la communication de la marque American Apparel. Editions Globe. Dans ce livre publié pour la première fois en France, il pointe les dérives d'internet et prouve avec audace combien il est facile de manipuler l'information. Chantages politiques, opérations marketing contestables ou stratégies insidieuses, rien n'échappe à la plume acérée de l'auteur.

Interview vidéo, commentaires et vie quotidienne dans le monde de la manipulation des médias avec Laurent Bourrelly consultant en référencement SEO Rock Star qui a lu ce livre il y a 2 ans aux USA. (Traduit et publié en France maintenant ).

Dans cet article :
Comment les journalistes recherchent l'information sur internet. Débat et enquête ResponseSource.
Journée Mondiale pour la liberté de la Presse avec Reporters sans frontières place de la République à Paris.dimanche 3 mai 2015.
AEJ et AJE liens internet nombreux.


Laurent Bourrelly Consultant en référencement SEO Rock Star © Jean-Louis Courleux
Laurent Bourrelly Consultant en référencement SEO Rock Star © Jean-Louis Courleux
Extraits du livre 'Croyez-moi, si je vous mens' Ryan Holiday :

Si vous vouliez être sympa, vous diriez que je travaille dans le marketing et les relations publiques, ou dans la publicité et la stratégie Internet. Mais il ne s'agit que d'une apparence proprette pour dissimuler la dure vérité.
Je suis, pour dire clairement les choses, un manipulateur de médias. Je suis payé pour tromper les gens. Mon travail consiste à mentir aux médias pour que ceux-ci puissent à leur tour vous raconter les bobards. Je triche, je soudoie, j'agis pour le compte d'auteurs qui caracolent en tête des ventes, ou de marques qui brassent des milliards de dollars, et j'avise de ma parfaite connaissance du fonctionnement d'Internet pour parvenir à mes fins.


Le Web comme support responsabilisant, c'est du bla-bla. Tout ce que vous consommez en ligne a été optimisé pour votre rendre accro. Les contenus sont conçus pour que vous tombiez dessus, pour que vous vous fassiez avoir. C'est un vrai traquenard. Les blogs sont là pour vous piéger, pour vous voler votre temps et le revendre aux annonceurs. C'est qu'ils font tous les jours. 
 
Merci à Anaïs Hervé et à Anne Arnaud pour les Editions Globe pour leurs informations.
 


 

Interview vidéo Laurent Bourrelly Consultant en référencement SEO Rock Star a lu le livre de Ryan Holiday aux USA il y a 2 ans : 'Croyez-moi, je vous mens 'Editions Globe traduit de l'anglais (Etats-Unis) par François Morice.
Laurent Bourrelly commente : CHANTAGES POLITIQUES, OPÉRATIONS MARKETING CONTESTABLES OU STRATÉGIES INSIDIEUSES, DERIVES INTERNET ET MANIPULATION DE L' INFORMATION (très facile...).

 

Ryan Holiday Croyez-moi, je vous mens. Editions Globe
Ryan Holiday Croyez-moi, je vous mens. Editions Globe
« Vous avez déjà vu ça des centaines de fois. Une rumeur insidieuse circule sur Internet et finit par coûter des millions à une entreprise. Un incident politique fait dérailler le cycle des infos nationales et démolit la carrière d'un candidat. Un  produit ou une pseudo-célébrité passe de l'obscurité la plus totale au statut de phénomène viral. Ce que vous ignorez, c'est que certaines personnes se cachent derrière tout ça. Généralement, ce sont des gens comme moi. Je suis un manipulateur des médias. Dans un monde où les blogs dominent et déforment l'information, mon travail consiste à contrôler ces plateformes. »

Ryan Holiday est consultant en communication. Ses campagnes publicitaires ont servi d'études de cas pour Twitter, YouTube ou Google. Il est aujourd'hui le directeur de la communication d'American Apparel. 
 

Pierre Haski Rue 89 Débat ResponseSource Requêtes journalistes (c) Jean-Louis Courleux
Pierre Haski Rue 89 Débat ResponseSource Requêtes journalistes (c) Jean-Louis Courleux
ResponseSource service de requête pour les journalistes, publie une enquête exclusive sur la recherche d’information sur le web pour les journalistes, présentés à l’occasion d’un débat organisé sur ce même thème en partenariat avec Presse Edition, portail des acteurs et professionnels des médias, de l’édition, de la communication imprimée et des industries graphiques. Pour commenter et analyser les grandes tendances de cette étude, ResponseSource a réuni le 16 avril dernier un panel de journalistes et de professionnels des médias représentatifs du milieu journalistique, avec parmi eux :
·         Pierre Haski, Directeur de Rue89
·         Allyson Jouin-Claude, Journaliste indépendante
·         Eric Delon, Journaliste indépendant et formateur en Journalisme
·         Olivier Magnan, Journaliste, auteur, chargé de cours à l’cole supérieure de journalisme de Paris (ESJ)
·         Olivier Magyar, Rédacteur en chef de l’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique (OJIM)
 
Au cours de ce débat basé sur les résultats de l’étude menée en amont, quatre grandes tendances ont émergé :
 
La vérification et la fiabilité de l’information : problèmes majeurs
 
Selon les résultats de l’enquête, 54% des journalistes passent entre 2h et 4h par jour à la collecte d’information, 15% y consacrent plus de 4h. Alors que cette recherche en ligne peut parfois se révéler être un véritable parcours du combattant, les journalistes en sont-ils généralement satisfaits ? 77% répondent oui contre 13% qui ne le sont pas. Le temps supplémentaire passé à identifier et vérifier les sources s’avère être la première cause de cette insatisfaction (64%), suivi par le manque de fiabilité de l’information (50%).
 
Ces résultats, et plus particulièrement ceux relatifs aux « insatisfaits », ont immédiatement fait réagir les intervenants qui n’ont pas manqué de souligner que la vérification de l’information restait la base du métier de journaliste. « La principale problématique concerne ceux qui ne sont pas habitués à affronter les pièges du web », déclare Pierre Haski. Un point de vue qu’Allyson Jouin-Claude a tenu à nuancer dans un contexte où les journalistes, qu’ils soient permanents de rédaction ou pigistes, doivent faire face à des délais de plus en plus courts pour trouver la bonne information au bon moment et rédiger leurs articles : « Le temps supplémentaire passé à l’identification des sources est d’autant plus pesant que nous avons moins de temps pour le faire.» Malgré ces contraintes, la vérification des sources fait partie intégrante du rôle des journalistes pour garantir la fiabilité de l’information, tous s’accordent pour le dire.
 
Le constat est ainsi le même pour Olivier Magnan pour qui  « la mission du journaliste exige l’apport d’une valeur ajoutée à l’information. Les sources constituent son matériau de base, elles exigent bien sûr une vérification, un recoupement. Il doit s’assurer qu’elles sont les meilleures possibles. »
 
Le web, entre opportunités et pièges
 
Internet est donc bien considéré comme une source de contenus inépuisable mais qui recèle des pièges que les journalistes doivent être en mesure de déjouer pour garantir la qualité et la véracité de l’information qu’ils délivrent. « Le danger réside dans le fait que beaucoup de fausses informations circulent sur le web, et donnent pourtant l’impression d’être vraies », confie Olivier Magyar. De plus, les médias ont parfois tendance à vouloir privilégier la course au buzz plutôt que l’information pour générer plus d’audience, ce qui entraine des dérives sur lesquelles les journalistes doivent rester attentifs.
 
Les résultats de l’étude corrélés aux différentes interventions des contributeurs ont également mis en avant les conséquences de l’évolution du paysage médiatique et des nouveaux business models des publications sur la recherche d’information. « Le problème de l’éclatement des rédactions impose moins de contact humain et donc moins d’efficacité », poursuit Olivier Magyar. En ce qui concerne les pigistes, il leur est naturellement plus difficile de se tourner vers leurs collègues pour collecter de l’information. « Ils sont plus souvent isolés par définition et donc tributaires du web», indique Eric Delon.
 
L’enquête menée par ResponseSource a par ailleurs révélée une utilisation des réseaux sociaux modérée par les journalistes dans le cadre de leurs recherches, 33% pour un sujet inconnu, 35% pour un expert, 29% pour du contenu multimédia et enfin 20% pour un test produit. Les moteurs de recherche ou encore les réseaux professionnels et personnels sont privilégiés la plupart du temps. L’utilisation des réseaux sociaux semble toutefois pertinente dans des cas précis, notamment dans le cadre d’une prise de contact comme le souligne Allyson Jouin-Claude : « Ils ne sont pas un moyen d’identifier des experts mais ils permettent plus facilement de rentrer en contact avec eux et de les solliciter. »
 
Si les réseaux sociaux représentent un moyen très rapide d’accéder à de nombreuses sources de contenu, leur usage doit être maîtrisé. « Il faut bien comprendre que ce ne sont pas des médias mais seulement un moyen de diffusion, qu’il s’agisse de contenu informatif ou de communication. En outre, la distinction entre la publicité et l’information, notamment sur les réseaux sociaux, fait partie de ce que nous appelons les ‘’pièges du web’’ », précise Pierre Haski qui ajoute : « C’est le travail des sociétés de journalistes d’être vigilants », faisant notamment référence à la récente grève de l’équipe Twitter des Echos en raison de la diffusion de contenu promotionnel sur le fil d’information de la rédaction. Une intervention qui se réfère également au très controversé « Brand Content », un moyen pour une marque de s’intégrer à du contenu éditorial et qui tend à brouiller les pistes pour les lecteurs, l’idée étant de généralement de maintenir l’ambiguïté entre la publicité et l’information.
 
L’utilisation relativement faible des outils dédiés aux journalistes
 
A travers son étude, ResponseSource s’est également intéressé à la place occupée par les outils dédiés aux journalistes dans la collecte d’informations, tels que les bases de données et les annuaires professionnels. Les résultats montrent que leur utilisation dépend de la nature du besoin des journalistes mais il ne s’agit globalement pas du moyen privilégié, quel que soit le statut des journalistes, permanents ou pigistes, ou du type de support pour lesquels ils travaillent, presse papier ou publication en ligne. En effet, en ce qui concerne les recherches relatives à un sujet inconnu, seuls 14% des journalistes utilisent des outils qui leur sont dédiés et seulement 12% pour trouver un expert. Ces outils sont en revanche un peu plus populaires pour les demandes de visuels ou de contenus multimédia (39%) mais aussi dans le cadre de test produits (22%).
 
De nombreux outils ayant pour but de faciliter le travail quotidien des journalistes sont pourtant aujourd’hui disponibles. « Les pigistes isolés, entre autres, ont à leur disposition des outils pour les aider. Ils ont toutefois la possibilité de s’organiser en faisant partie d’un collectif pour ne plus travailler seul, développer leur réseau et échanger avec d’autres journalistes. Plus largement, des outils dédiés à tous les journalistes sont accessibles pour leur permettre de contrôler les sources par exemple, tels que des logiciels qui permettent de vérifier les photos», déclare Eric Delon.
 
Comment expliquer cette faible utilisation alors qu’ils ont vocation à rendre le travail des journalistes plus simple ? « Il est important de souligner que nous avons finalement peu de visibilité sur les outils professionnels dont ils pourraient se servir », précise Olivier Magyar. Le manque de connaissances des outils dédiés et disponibles expliquerait ainsi en partie qu’ils ne soient pas plus largement plébiscités alors qu’ils permettraient pourtant de gagner du temps dans les recherches, et ainsi de consacrer plus de temps à l’analyse et au traitement de l’information.
 
Pierre Haski quant à lui explique cette faible utilisation notamment par le manque de moyens au sein de certaines rédactions : « La situation est très variable d’un support à un autre. De nombreux sites n'ont pas les moyens d'avoir des abonnements aux agences telles que l’AFP ou SIPA. »
 
Parmi les autres facteurs de recours à ces outils, Olivier Magnan s’étonne – et se satisfait – du chiffre particulièrement élevé du réflexe de l’appel aux agences de presse et aux relations presse qu’il attribue au maintien du prix de la parole et du contact : « Le taux important de recours aux services et agences de relations presse (61 %) est surprenant : alors qu’ils étaient théoriquement voués à disparaître dans la mesure où nous trouvons en ligne à peu près tout ce que ces agences dispensaient, aujourd’hui, il semble que le contact humain reste privilégié par les journalistes. »
 
La transmission du métier aux nouvelles générations : un enjeu pour l’avenir du journalisme
 
A l’ère du digital, les contraintes liées au métier de journaliste ont beaucoup évolué. L’immédiateté de l’information est devenue une réalité mais elle ne doit pas pour autant empêcher le respect de la charte d’éthique professionnelle qui régit la profession. Au même titre que les journalistes expérimentés, il est essentiel que les nouvelles générations aient conscience de leur responsabilité vis-à-vis de leurs lecteurs et de leur devoir de fournir de l’information fiable et de qualité. « Le fait de demander des informations auprès des patrons et des collègues est fondamentale dans le cadre de la transmission aux jeunes », explique Pierre Haski.
 
Eric Delon aborde quant à lui la problématique de l’apprentissage : « Il y a un gros déficit de formation chez les journalistes, avec notamment moins de capacité à vérifier l’information alors qu’il s’agit pourtant du B.A.B.A du métier. Cette situation amène à se poser la question du rôle des plus expérimentés dans la transmission de leur savoir. »
 
Tous les intervenants s’accordent pour dire que les « aînés » ont un rôle à jouer auprès des jeunes journalistes ou en devenir pour leur apprendre les ficelles du métier, leur inculquer les bonnes pratiques à adopter et les aider à relever le défi de l’information dans un contexte où le manque de temps reste la principale problématique.
 
Au regard des résultats de l’étude et de l’analyse des journalistes et professionnels des médias réunis à l’occasion de ce débat, de plus en plus d’interlocuteurs reconnaissent les enjeux de la transformation numérique. Les bonnes pratiques doivent toutefois être transmises aux jeunes générations et les journalistes doivent rester vigilants et défendre leur valeur ajoutée, notamment face aux problématiques du buzz et à l’évolution des modèles économiques de la presse.
 
*Etude ResponseSource réalisée entre le 16 mars et le 9 avril 2015 auprès de journalistes français.
 
A propos de ResponseSource 
ResponseSource est un service de la société internationale DWPub basée à Londres. L'objectif du fondateur Daryl Willcox est de faciliter la collaboration des journalistes, blogueurs et professionnels de la communication par le biais des services en ligne. Depuis 1997, DWPub offre des outils complets pour les communications et des médias en Europe.
 
ResponseSource est une plateforme permettant aux journalistes de demander des informations en amont de la rédaction d’un article ou d’un dossier. Il suffit de remplir un court formulaire en ligne avec l’angle du dossier en cours, une date limite et un moyen de contact. La requête est directement envoyée à des centaines d’attachés de presse concernés par le sujet. Pour les attachés de presse, chaque requête de journaliste représente une opportunité de couverture média et une occasion de tisser de nouvelles relations professionnelles avec les journalistes. L’inscription se fait sur le site www.responsesource.fr et offre la possibilité de choisir ses secteurs de prédilection. Le service est gratuit pour les journalistes et deviendra payant dès octobre pour les attachés de presse.
 
Merci à Violaine Desmons et  Anne-Hélène Lagadeuc JOHNSON KING, A Finn Partners company pour ces informations.
 
 

Comment les journalistes recherche l' information sur internet (c) ResponseSource
Comment les journalistes recherche l' information sur internet (c) ResponseSource
Olivier Magnan journaliste auteur traducteur : ses derniers livres  La vraie histoire des instits et La vraie histoire des hôtesses de l'air qui sont des plongées dans la vérité de professions fantasmes, auteur de Mon banquier, la crise et moi, Les Loges de la République, Mentaliste (éd. du Moment).
Les règles d'or pour réussir le financement de votre entreprise (Dunod).
CV Olivier Magnan très professionnel et un modèle pour les journalistes en pièces jointes.


 
 

oliviermagnan_cve2.pdf OlivierMagnan_CVE2.pdf  (136.08 Ko)


Allyson JOUIN-CLAUDE, Diplômée en commerce et en intelligence économique, devenue journaliste bimédia, il y a sept ans. Spécialisée dans la presse de divertissement (TV, médias, people,  lifestyle, santé), travaille pour différents supports web et print (Webedia, Lagardère et Mondadori entre autres). Actuellement, Allyson  pige régulièrement pour Télé-Loisirs.fr, plus puissant site du groupe Prisma Media, pour lequel elle assure des articles viraux (humour, TV, société, cinéma) ainsi que des livetweets ponctuels. 

Biographie d'Olivier Magyar : « Pour ma bio, c’est très simple : j’ai fait des études d’Histoire à la Sorbonne, j’ai travaillé comme documentaliste aux Archives nationales et je me suis mis au journalisme “sur le tas” ; j’ai alors pigé pour divers petits titres avant d’être embauché à Santé Magazine où j’ai travaillé 5 ans (2005-2010) et où j’animais les pages écologie/environnement. j’ai ensuite écrit pour divers autres titres (Spectacle du Monde, Vox Patrimonia essentiellement), essentiellement dans les pages culturelles où j’ai écrit sur l’histoire, les arts et la littérature. Je suis rédacteur en chef de l’Ojim depuis trois ans. A côté de cela, j’ai également été conférencier et j’ai traduit quelques thèses (espagnol) pour l’Université. Voilà, vous savez tout ! »
Merci à Geralda Jung Chargée des relations média DWPub


 

Patrick Pelloux Charlie Hebbo,  Boris Cyrulnik,  Patrick Ponzoni Adrien; Lepan Ministère de la Défense Marseille Congrés UCP2F Porquerolles (c) www.courleuxsansfrontieres.com
Patrick Pelloux Charlie Hebbo, Boris Cyrulnik, Patrick Ponzoni Adrien; Lepan Ministère de la Défense Marseille Congrés UCP2F Porquerolles (c) www.courleuxsansfrontieres.com
Je vous recommande : Liberté de la presse. Dessine-moi la Liberté… avec le Club de la Presse 83, Patrick Pelloux Charlie Hebdo.  Liberté de la presse, préoccupations de professions malmenées : journalistes, caricaturistes, communicants, attachés de presse, politiques…
 
Interview vidéo : « Quand je serai dictateur… » Boris Cyrulnik neuropsychiatre.
Lien direct
http://www.courleuxsansfrontieres.com/Quand-je-serai-dictateur-Boris-Cyrulnik-neuropsychiatre-interview-video-lors-du-34e-Congres-Journalistes-UCP2F-Clubs-de_a1100.html
34e Congrès de l’union des clubs de la presse de France et francophones. UCP2F. île de Porquerolles. (Plus news APCP).
 
 Pour reprendre ou faire suivre mes articles reportages interviews aller en haut de l'article. Barre de MENU et CLIQUER sur PARTAGER.
Merci
 
Jean-Louis Courleux
Journaliste carte de presse 32538
http://www.courleuxsansfrontieres.com
 
email : jlc@courleuxsansfrontieres.com
 
Plus de 1100 articles reportages et interviews vidéos au 1er mai 2015.
Voir mes différentes rubriques et plus particulièrement PRESSE MEDIAS INTERNET.
 
Vous pouvez me suivre sur twitter @jlcourleux et sur tous les réseaux sociaux.

Journée mondiale de la liberté de la presse dimanche 3 mai : l' AEJ dont l' AJE est la section française, est signataire de la déclaration "Pas en notre nom", publiée 116 jours après les attentats de Charlie Hebdo à l'initiative du PEN International.
52 organisations de défense de la liberté de la presse ont publié une déclaration commune  à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse 2015
La déclaration s’intitule “‘Pas en notre nom: la Journée mondiale de la liberté de la presse, 116 jours après l’attentat de Charlie Hebdo”.
La déclaration condamne les attaques meurtrières à Paris et Copenhague en début d’année ainsi que les initiatives des autorités gouvernementales pour restreindre la diffusion libre de l’information au nom de la sécurité.
Elle appelle tous les gouvernements à honorer leurs obligations internationales pour protéger la liberté d’expression; à engager une action déterminée pour mettre fin à l’impunité; à retirer les lois et les mesures qui exposent les journalistes et d’autres au harcèlement judiciaire; à mettre en place des contrôles légaux et judiciaires sur tous les surveillances étatiques des communications, comme le demandent les strictes normes internationales.
La déclaration pour la Journée de la liberté de la presse a été initiée par le PEN International et a été signée par l’AEJ, Index on Censorship, l’IFJ, l’IPI et un grand nombre d’organisations consternées par les menaces croissantes et actuelles contre les journalistes et tous ceux qui exercent leur droit d’exprimer librement leurs vues.
 
Merci à Eric Maurice Secrétaire général de l'AJE pour ces informations.
 

Wu'er Kaixi leader place Tiananmen Pékin Journée Mondiale de la liberté de la Presse Place de la République Paris avec Christophe Deloire RSF Reporters Sans Frontieres (c) Jean-Louis Courleux
Wu'er Kaixi leader place Tiananmen Pékin Journée Mondiale de la liberté de la Presse Place de la République Paris avec Christophe Deloire RSF Reporters Sans Frontieres (c) Jean-Louis Courleux

Christophe Deloire RSF Reporters Sans Frontieres accueille Wu'er Kaixi leader place Tiananmen Pékin, pensées pour Gao YU 71 ans journaliste en prison Chine. Journée mondiale de la liberté de la Presse Place de la République Paris 3 mai 2015 (c) Jean-Louis Courleux
Christophe Deloire RSF Reporters Sans Frontieres accueille Wu'er Kaixi leader place Tiananmen Pékin, pensées pour Gao YU 71 ans journaliste en prison Chine. Journée mondiale de la liberté de la Presse Place de la République Paris 3 mai 2015 (c) Jean-Louis Courleux
Jean-Louis COURLEUX
Jean-Louis COURLEUX

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 10