Valorisation des algues : Thierry Chopin University New Brunswick Canada speaker SeaFood Fusion Brest. Oceanopolis et la Bretagne à la COP21.

Dimanche 29 Novembre 2015

Valorisation des algues et protection de la ressource. Dr Thierry Chopin University of the New Brunswick Canada speaker au SeaFood Fusion Brest. Festival international de cuisine des coquillages et des algues Brest.
DR Thierry CHOPIN University of New Brunswick : Professor of Marine Biology, Scientific Director Canadian Integrated Multi-Trophic Aquaculture Network (CIMTAN). Né en France et titulaire d’un doctorat de l’UBO de Brest, le Docteur Thierry Chopin travaille au Canada depuis 1989. Professeur de biologie marine à l’Université du Nouveau Brunswick à Saint John. Directeur scientifique du réseau canadien d’Aquaculture Multi-ˇTrophique Intégrée. Ancien Président de l’Association Aquacole du Canada et de la Société Phycologique d’Amérique et Secrétaire Général de l’Association Internationale des Algues. Conseiller auprès de la Fondation Internationale pour la Science Membre des Comités de Rédaction d’Aquaculture International, Perspectives in Phycology, European Journal of Phycology et Fish Farming International.


Dr Thierry Chopin Professor of Marine Biology, Aquaculture Network CIMTAN UNB University of New Brunswick Saint John Canada, Seafood Fusion Brest (c) Jean-Louis Courleux
Dr Thierry Chopin Professor of Marine Biology, Aquaculture Network CIMTAN UNB University of New Brunswick Saint John Canada, Seafood Fusion Brest (c) Jean-Louis Courleux
La pérennisation du lien culinaire entre l’homme et la mer ne se fera que dans une logique de préservation des écosystèmes marins. Une bonne gestion des ressources marines permettra aux futures générations de connaître la richesse et la diversité que nous connaissons actuellement. De la mer à l’assiette, entre algues et coquillages, chefs, producteurs, pêcheurs, et scientifiques s’intéressent ensemble, le temps du Festival Seafood Fusion, aux enjeux communs de bonne gestion des ressources, à leur valorisation et à leur rôle grandissant dans notre alimentation de demain. Dans le cadre des  Seafood Échanges, le professeur Thierry Chopin a proposé « sa recette » au cours d’une conférence : « Une succulente recette fusionnant poissons, algues et invertébrés et bonne pour l’environnement : l’Aquaculture Multi-Trophique Intégrée (AMTI) » L’aquaculture prendra une place prépondérantes dans les futurs systèmes de production alimentaire. Mais la « Révolution bleue » a besoin de devenir plus verte, en tirant profit des services éco-systémiques rendus par les algues et invertébrés. C’est l’heure de la « Révolution turquoise ».
 
 
 

interview vidéo : Dr Thierry Chopin Professor of Marine Biology, Aquaculture Network CIMTAN UNB University of New Brunswick Saint John Canada

Dr Thierry Chopin University of the New Brunswick Canada. Conférence Seafood Fusion Oceanopolis Brest 2015 (c) Jean-Louis Courleux
Dr Thierry Chopin University of the New Brunswick Canada. Conférence Seafood Fusion Oceanopolis Brest 2015 (c) Jean-Louis Courleux
Extrait de la conférence du DR Thierry Chopin lors de l' European Aquaculture Society Rotterdam octobre 2015.
RECOGNIZING AND VALUING THE ECOSYSTEM SERVICES PROVIDED BY SEAWEEDS AND THE EXTRACTIVE COMPONENTS OF INTEGRATED MULTI-TROPHIC AQUACULTURE (IMTA) SYSTEMS

 T. Chopin1*, A. Buschmann2, A. Neori3, R. Martinez-Espiñeira4, S.J. Pang5, S.M.C. Robinson6, G.R. Reid1, D. Knowler7 and M. Troell8
 
1Canadian Integrated Multi-Trophic Aquaculture Network, University of New Brunswick, 100 Tucker Park Street, Saint John, N.B., E2L4L5, Canada.
2Centro i-mar & CeBiB, Universidad de Los Lagos, Camino Chinquihue km6, Puerto Montt, Chile
3Israel Oceanographic & Limnological Research Ltd, National Center for Mariculture, Eilat, Israel
4Dept. of Economics, Memorial University of Newfoundland, St. John’s, N.L., A1C5S7, Canada
5Institute of Oceanology, Chinese Academy of Sciences, 7 Nanhai Road, Qingdao 266071, China
6St. Andrews Biological Station, Fisheries & Oceans Canada, St. Andrews, N.B., E5B2L9, Canada
7School of Resource & Envir. Mngt., Simon Fraser University, Burnaby, B.C., V5A1S6, Canada
8Beijer Institute and Stockholm Resilience Centre, Stockholm University, Stockholm, Sweden
 
There is a renewed interest in the mariculture of seaweeds for their integrated cultivation with animals (fish and invertebrates), the ecosystem services they provide, and novel uses of their biomass and product development.
After a cascade of processes, leading to the progressive transformation of organic matter into inorganic matter, is engineered in IMTA systems, seaweeds (and other photosynthetic organisms such as microalgae and seagrasses) are the only organisms with the ability to use solar energy to metabolize these inorganics back to organic molecules so that the cycle of life can continue to operate. It is, therefore, important to cultivate commercially opportune species so that nuisance opportunistic species do not develop excessively.
While photosynthesis is taking place, seaweeds (and microalgae) are the only aquaculture component producing oxygen, while all the other animal and microbial components are consuming it.
An often overlooked function of seaweeds is their capacity to scrub nutrients out of the water. If the average composition of seaweeds is around 0.35% nitrogen (N), 0.04% phosphorus (P) and 3% carbon (C), and the recovery costs of these elements at wastewater treatment facilities are used (US$10-30/kg, US$4/kg and US$30/tonne for N, P and C, respectively), the ecosystem services for nutrient biomitigation provided by the worldwide seaweed aquaculture (23.8 million tonnes in 2012) can be valued at least at between US$892.5 million and US$2.559 billion, i.e. as much as 40% of their present commercial value (US$6.4 billion in 2012). The value of this important service to the environment and, consequently, society is, however, never accounted for in any budget sheet/business plan of seaweed farms and companies, as seaweeds are being valued only on their biomass trading value.
Much has been said about carbon sequestration and the development of carbon trading taxes; however, in coastal environments, mechanisms for the recovery of nutrients, such as nitrogen and phosphorus, should also be highlighted and accounted for in the form of nutrient trading credits (NTC). The recognition and implementation of NTC would give a fair price to extractive aquaculture species. They could be used as financial incentive tools to encourage mono-aquaculturists to contemplate IMTA as a viable aquanomic option to their current practices.
Cultivating organisms such as seaweeds, which are able to accumulate phosphorus, is becoming increasingly attractive when considering that, in the not too distant future, the next “P peak” will not be that of petroleum, but that of phosphorus.
Seaweeds also absorb carbon dioxide and, hence, participate in carbon sequestration, even if in a transitory manner. Consequently, they could be a significant player in the evolution of climate change, especially if their cultivation is increased and spread more evenly throughout the world. By sequestering carbon dioxide and increasing pH in seawater, seaweeds could also play a significant role in reducing ocean acidification in local coastal areas.
Seaweeds being part of the multi-crop diversification approach of IMTA (fish, seaweeds and invertebrates), represent an economic risk mitigation and management option to address climate change, which will also impact aquaculture operations.
Seaweeds can be used for partial fish protein substitution in aquaculture feed. Seaweeds also provide other important compounds, such as microelements, pigments and vitamins. Within IMTA systems, seaweeds can be cultivated without fertilizers and agrochemicals; moreover, they do not need irrigation, on a planet where access to water of appropriate quality is becoming more and more of an issue. Seaweed cultivation does not require more arable soil and land transformation (deforestation), that are accompanied by loss of other ecosystem services. If appropriately designed, it can be seen as engineering new habitats, harbouring thriving communities, and can be used for habitat restoration.
Seaweeds are prime candidates for the Integrated Sequential BioRefinery (ISBR) approach. On one hand, they can yield a wide range of bio-based, high-value compounds (edible food, food and feed ingredients, biopolymers, fine and bulk chemicals, agrichemicals, cosmetics, bioactives, pharmaceuticals, nutraceuticals, botanicals, etc.). On the other hand, lower-value commodity bioenergy compounds (biofuels, biodiesels, biogases, bioalcohols, biomaterials, fibers, heat/power, etc.) can also be generated from seaweeds. Over the last decade, the IMTA group in Atlantic Canada has adopted this ISBR diversification strategy with their industrial partner, Cooke Aquaculture Inc. IMTA kelps recapture some of the inorganic dissolved nutrients from fish farms, and partners are developing markets for kelp use in human consumption, beer, cosmetics, fish feed and biochar production, along with eco-labelling and organic certification.
Using stated-preference valuation methods, the benefits derived from the biomitigative effects of IMTA in the farming of Atlantic salmon were estimated. A sample of Canadians stated how their farmed Atlantic salmon consumption choices would be affected by the availability of IMTA products in response to the decreased external costs they would impose on the surrounding marine environment. A lower bound for the aggregate benefit that current salmon consumers in Canada would derive from the introduction of IMTA salmon was estimated by a contingent behaviour method analysis at about CAN$280 million/year, while less restrictive assumptions about the representativeness of their sample would yield a figure of about CAN$1.5 billion/year. Additionally, a contingent valuation method analysis estimated that the benefits accruing to households that do not purchase salmon habitually would range between about CAN$43 million/year and CAN$65 million/year.
Consequently, the economic and societal implications of the adoption of IMTA practices are not negligible. It is time for the Turquoise Revolution (a greener Blue Revolution), the application of aquanomic principles in the management of our aquatic fields, the proper valuation of the ecosystem services provided by extractive species, and the implementation of nutrient trading credits.
 
 

Dr Thierry Chopin University of the New Brunswick Canada. Conférence Seafood Fusion Oceanopolis Brest 2015 (c) Jean-Louis Courleux
Dr Thierry Chopin University of the New Brunswick Canada. Conférence Seafood Fusion Oceanopolis Brest 2015 (c) Jean-Louis Courleux

Culture algue brune Alaria esculenta dans la Baie de Fundy au Nouveau Brunswick, Canada (c) Thierry Chopin
Culture algue brune Alaria esculenta dans la Baie de Fundy au Nouveau Brunswick, Canada (c) Thierry Chopin

Laminaires Saccharina latissima de culture AMTI enroulées autour de saumon AMTI, poudre de l’algue rouge nori Porphyra purpurea, purée au gingembre et à la carotte, émulsion douce de soja, blinis avec oeufs de saumon et plantain maritime. Création Chris Aerni, Chef et propriétaire du Rossmount Inn, Saint Andrews Nouveau Brunswick, Canada (c) Dr.Thierry Chopin
Laminaires Saccharina latissima de culture AMTI enroulées autour de saumon AMTI, poudre de l’algue rouge nori Porphyra purpurea, purée au gingembre et à la carotte, émulsion douce de soja, blinis avec oeufs de saumon et plantain maritime. Création Chris Aerni, Chef et propriétaire du Rossmount Inn, Saint Andrews Nouveau Brunswick, Canada (c) Dr.Thierry Chopin

 

Pierrick Le Roux Professeur de cuisine La cuisine aux Algues Gisserot gastronomie (c) Jean-Louis Courleux
Pierrick Le Roux Professeur de cuisine La cuisine aux Algues Gisserot gastronomie (c) Jean-Louis Courleux
PIERRICK LE ROUX : Cuisinier depuis 1971 : Hôtellerie et Restauration, Bretagne, montagne Combloux , Avoriaz, Nice, Le Lavandou, Paris (Hôtel Nikko), Londres. Professeur de cuisine au Lycée Bonne Nouvelle Brest de 1979 à 2004, LYCEE FENELON BREST Depuis 2004, Formations des jeunes Cap Cuisinier BEP HOTELLERIE et bac pro Restauration (cuisine).
Auteur de 3 livres :
"Cuisine et algues de Bretagne " épuisé
"Connaître et cuisiner les algues Bretonnes " 57 recettes 
 la cuisine aux algues 2014 éditions Gisserot sur les algues et la cuisine aux algues ainsi que 2 mini dvd de recettes.
A participé a de nombreuses émissions de télé sur le thème "la cuisine des algues"
http://www.cuisineauxalgues.com
A participé a la réalisation de nombreux ouvrages "côté cuisine" sur les algues le dernier en date LES SECRETS DES ALGUES éditions QUAE Ifremer Véronique Leclerc,Jean Yves Floc'h.


 

Julien Racault Algomanne cueilleur des legumes de mer biologiques, algues alimentaires, spirulines (c) Jean-Louis Courleux
Julien Racault Algomanne cueilleur des legumes de mer biologiques, algues alimentaires, spirulines (c) Jean-Louis Courleux

Récolte de kombu royal par Julien Racault AlgoManne
Récolte de kombu royal par Julien Racault AlgoManne
70 000 tonnes d’algues récoltées par an, la côte nord du Finistère représente aujourd’hui 90 % de la production française. Pour l’essentiel, elle provient des bateaux goémoniers (65 000 tonnes) et de la récolte à pied (5 000 tonnes). 50 tonnes seulement viennent de la culture. Alimentation, cosmétique et santé sont les principaux débouchés de cette ressource naturelle. Le Nord Finistère possède le champ d’algues le plus important d’Europe par sa diversité.
La proximité et la qualité de la ressource, alliées à une forte tradition goémonière, ont forgé ici au fil des siècles un tissu économique, des compétences techniques et scientifiques ainsi que des infrastructures professionnelles, artisanales et industrielles très vigoureuses, grâce à de fulgurantes innovations.
Les algues ont une réputation de pureté, et la demande croissante des consommateurs de produits naturels va de pair avec la nature sauvage qu’évoque la pointe bretonne. L’algue est de plus en plus utilisée dans l’agroalimentaire et entre désormais dans la vie quotidienne, dans la tendance du bio et du «manger sain».
Certains entrepreneurs l’ont senti très tôt et  innovent chaque année en proposant de nouvelles recettes à base d’algues. Certains ont fait le choix d’intégrer les différentes phases de production : en plus de la cueillette à pied, ils disposent d’un bateau pour la récolte d’algues qui entrent dans la composition de produits alimentaires. D’autres, développent des gammes originales de produits alimentaires à base d’algues pour le plus grand bonheur des chefs et des amateurs de nouvelles saveurs.
Puisque la France se classe au 10e rang de la production mondiale d’algues, le Finistère peut revendiquer cette place pour lui !
Au-delà de cette petite vanité, l’enjeu est d’importance, car il s’agit bien là d’une filière innovante qui dispose d’un formidable  potentiel de développement, notamment dans l’alimentaire et les produits de santé, et qui suscite les plus grandes espérances.
 

 

Julienne de radis et carottes multicolores et crépidule à la spiruline. Seafood Fusion Brest 2015 (c) Jean-Louis Courleux
Julienne de radis et carottes multicolores et crépidule à la spiruline. Seafood Fusion Brest 2015 (c) Jean-Louis Courleux

La Cuisine aux Algues Pierrick Le Roux Gisserot Gastronomie.
La Cuisine aux Algues Pierrick Le Roux Gisserot Gastronomie.

Algues Saveurs marines à cuisiner Annie Brunner éditions La Plage.
Algues Saveurs marines à cuisiner Annie Brunner éditions La Plage.

Algo'Braz Tartare Algues Nature (c) Algo'Manne
Algo'Braz Tartare Algues Nature (c) Algo'Manne
Algo'Manne
6 rue de l'iroise portsall
29830 ploudalmézeau
06.37.86.17.27
 

Spiruline au microcospe (c) Algo'Manne
Spiruline au microcospe (c) Algo'Manne


site AMTI dans la Baie de Fundy en hiver Nouveau Brunswick Canada. Saumon de l’Atlantique, moules et rouleaux de laminaires au tartare de saumon (c) DR Thierry Chopin
site AMTI dans la Baie de Fundy en hiver Nouveau Brunswick Canada. Saumon de l’Atlantique, moules et rouleaux de laminaires au tartare de saumon (c) DR Thierry Chopin

L’AMTI n’est pas limitée a des sites en mer avec des espèces marines. Elle peut être aussi adaptée pour les écloseries de poissons en eaux douces. Içi, culture d’achillée millefeuille, menthe, laitue, camomille et grande capucine avec les eaux d’une écloserie de saumons juvéniles, partenaire industriel Cooke Aquaculture Inc. (c) DR Thierry Chopin
L’AMTI n’est pas limitée a des sites en mer avec des espèces marines. Elle peut être aussi adaptée pour les écloseries de poissons en eaux douces. Içi, culture d’achillée millefeuille, menthe, laitue, camomille et grande capucine avec les eaux d’une écloserie de saumons juvéniles, partenaire industriel Cooke Aquaculture Inc. (c) DR Thierry Chopin

Dr. Thierry Chopin : Consul Honoraire de France. Scientific Director, Canadian Integrated Multi-Trophic Aquaculture Network (CIMTAN)
 Professor of Marine Biology
University of New Brunswick
Department of Biology
P.O. Box 5050
(for courier mailing, use 100 Tucker Park Road)
Saint John, N.B., E2L 4L5, Canada
Phone: (506) 648-5507/5565
Mobile: (506) 650-9303
E-mail:  tchopin@unb.ca
Websites : www.unb.ca/chopinlab/
            www.cimtan.ca
 
 Vidéo sur les algues et l’AMTI: http://www.youtube.com/watch?v=kZup18AZtzk
 

 

Patricia Adam, députée du Finistère, Présidente  commission défense nationale et des forces armées, Thierry Chopin UNB, Canada, Eric Hussenot Directeur Mer Brestaim Océanopolis (c) Jean-Louis Courleux
Patricia Adam, députée du Finistère, Présidente commission défense nationale et des forces armées, Thierry Chopin UNB, Canada, Eric Hussenot Directeur Mer Brestaim Océanopolis (c) Jean-Louis Courleux

Expo Oceanopolis Brest
Expo Oceanopolis Brest
COP21 : Bretons et Océanopolis au rendez-vous : Depuis le début des négociations sur le climat à la Conférence de Rio en 1992, l’océan est le grand absent alors qu’il est au cœur de la machine climatique mondial, contribuant à modérer le réchauffement global ! Les enjeux, défis et solutions liés à cet écosystème complexe n’ont pas fait l’objet de discussions au sein des Conférences des Parties (COP) de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC). Favoriser la prise en compte de l’océan dans les négociations de la COP21, qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015, tel est l’enjeu des acteurs réunis au sein de la plateforme « Océan & Climat » créée en 2014. Océanopolis a rejoint dès le mois de juin 2014 cette alliance de parties prenantes pour contribuer à informer tous les publics sur les valeurs et les enjeux liés à l’océan. Une mobilisation collective en Bretagne dédiée à l’océan à l’initiative d’Océanopolis.
Océanopolis, parc de découverte des océans à Brest et centre de culture scientifique, technique et industrielle sur la mer, a pour vocation d’informer et de partager les connaissances dans toutes ses composantes de recherche, de technologie, d’innovation, de développement économique et de formations, afin que chacun puisse comprendre le fonctionnement de l’océan, sa biodiversité, ses ressources, son importance dans l’économie maritime et bien sûr son rôle dans la machine climatique. A la pointe de la Bretagne, la France possède la plus grande communauté scientifique dédiée à l’étude de l’océan : instituts universitaires, grandes écoles, centres de recherche, agences, PME et grandes entreprises, dont le terrain d’activité, le métier et l’ambition convergent autour de la mer. Cette pluridisciplinarité unique de compétences scientifiques, technologiques et industrielles est valorisée auprès du public à Océanopolis. Cet établissement de la métropole brestoise créé en 1990, est né de cette conjugaison et concentration de compétences à la pointe de la Bretagne, et a été voulu dans ce paysage comme lieu de partage et d’échange de savoirs. Dans le cadre de la COP21 à Paris, Océanopolis développe avec les acteurs bretons engagés sur le thème « Océan & Climat » un programme d’activités à destination de tous les publics. En tant que médiateur, Océanopolis relaie les connaissances des organismes, publics et privés, dans le domaine des sciences marines et de l’innovation maritime dans le contexte actuel du changement climatique.
Les actions menées ont pour objectifs :
  • d’informer et expliquer le fonctionnement de l’océan, la complexité et la richesse de cet écosystème, sa biodiversité… ;
  • de sensibiliser aux potentialités de l’océan comme source de solutions face au changement climatique ;
  • de susciter l’intérêt pour l’océan et ses ressources, bases d’une croissance dite « bleue » ; 
  • de contribuer à bâtir des liens nouveaux entre science, innovation et société autour de l’océan et ainsi construire une culture marine et maritime.
Sur les Quais de Seine dans le Pavillon Tara « Océan & Climat »  du 13 novembre au 18 décembre 2015 à proximité du Pont Alexandre III, Paris : Une immersion au cœur de l’océan et de sa biodiversité sera proposée au public par Océanopolis, parc de découverte des océans à Brest. Autour d’un bassin présentant des animaux vivants des côtes bretonnes, des animateurs  révéleront au public la richesse et la diversité de la vie marine, les effets des dérèglements climatiques sur les écosystèmes et les solutions développées en termes d’innovation maritime. Une caméra sous-marine transmettra les images en direct sur des écrans haute qualité (4K). D’autres outils d’observation, microscope et binoculaire reliés aux écrans, seront utilisés pour présenter la biodiversité « invisible » à l’œil nu, comme le plancton qui joue un rôle majeur dans la régulation du climat. Expliquer au grand public le rôle de l’océan dans la machine climatique, mais aussi quelles sont les solutions développées en Bretagne pour limiter les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter au dérèglement climatique, tels sont les objectifs de cet espace, intégré à l’exposition « Océan & Climat » conçue par l’équipe Tara.
Océanopolis se fera le porte-voix des organismes bretons, publics et privés, dont les actions permettent de mieux comprendre le fonctionnement de l’océan et son rôle dans la régulation du climat, d’étudier l’évolution du dérèglement climatique à l’échelle de l’océan et de ses écosystèmes, d’analyser les effets à court et long termes afin d’anticiper et de s’adapter, d’innover et proposer de nouvelles technologies contribuant à limiter les impacts sur le climat. L’océan constitue un immense réservoir de ressources, actuelles et futures pour l’humanité. Les changements climatiques, causés par l’homme, ont des conséquences sur les écosystèmes marins, leur biodiversité et les services rendus. Quel effet aura l’acidification de l’océan sur l’huître, ou encore le maërl ? Quel impact aura l’augmentation de la température sur la plie ? L’océan joue un rôle majeur dans la régulation du climat. Observer et étudier son fonctionnement est indispensable pour prévoir les effets du changement climatique. Les moyens déployés sont considérables : satellites, navires, sondes, flotteurs…
Connaître et comprendre sont sources de solutions pour préserver l’océan et développer l’innovation. Comment le parc naturel marin d’Iroise, créé en 2007, concilie-t-il protection et activités humaines ? Quelles sont les technologies développées pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, comme l’hydrolienne Sabella immergée au large de Brest ou le déplacement de cargos par cerf-volant ? Ces questionnements seront abordés avec le public et seront développés à partir des activités et des projets menés par les acteurs bretons engagés sur ces problématiques.
 
Collaboration :
  • Agence des Aires Marines Protégées
  • ENSTA Bretagne
  • France Energies Marines
  • Ifremer
  • Institut Mines-Telecom / Telecom Bretagne
  • Institut Polaire Français Paul-Emile Victor
  • Institut Universitaire Européen de la Mer
  • JCOMMOPS
  • Pôle Mer Bretagne Atlantique
  • Service Hydrographique et Océanographique de la Marine
  • Station Biologique de Roscoff
  • Station Marine de Concarneau / MNHN
  • Technopôle Brest Iroise
  • Université de Bretagne Occidentale
Soutien :
  • Agence des Aires Marines Protégées
  • Pôle Mer Bretagne Atlantique
  • Service Hydrographique et Océanographique de la Marine
  • Technopôle Brest Iroise
  • Université de Bretagne Occidentale
Exposition « Océan & Climat, connectés dans le changement » 18 novembre 2015 au 31 janvier 2016 à l’Aquarium tropical de la Porte Dorée, Paris : L’aquarium de la Porte Dorée accueille l’exposition « Océan & Climat, connectés dans le changement » conçue par le LabexMER, en collaboration avec Océanopolis, centre de culture scientifique, technique et industrielle dédié à l’océan. Le LabexMER est un laboratoire d’excellence totalement dédié aux sciences marines, coordonné par l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM) à l’Université de Bretagne Occidentale (UBO) à Brest.
Cette exposition propose, par un parcours autour des grandes thématiques de recherche développées au sein du LabexMER, de sensibiliser le public au rôle primordial de l’océan dans la régulation du climat planétaire et aux impacts du changement climatique sur l’océan, les littoraux et les populations qui en dépendent.
 
 COP21 espace « Générations Climat » accessible àu public du 30 novembre au 11 décembre 2015 au Bourget.
 
Ouverts à un large public, du 30 novembre au 11 décembre 2015, les espaces « Générations climat » sont dédiés aux projets proposés par la société civile en lien avec la lutte contre les bouleversements climatiques. Ils seront situés à proximité immédiate du site de Paris-Le Bourget qui abritera la 21ème Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. A l’initiative d’Océanopolis, un stand de 36m² présentera au public la science et l’innovation en Bretagne en lien avec Océan & Climat. L’objectif de cet espace sera de partager les connaissances des organismes bretons, publics et privés, dont les actions permettent de mieux comprendre le fonctionnement de l’océan et son rôle dans la régulation du climat, d’étudier l’évolution du dérèglement climatique à l’échelle de l’océan et de ses écosystèmes, d’analyser les effets à court et long termes afin d’anticiper et de s’adapter, d’innover et proposer de nouvelles technologies contribuant à limiter les émissions de gaz à effet de serre.
Pendant la COP 21, les organismes partenaires de ce projet seront présents sur le stand, nommé « Océan & Climat – Science et Innovation en Bretagne ». Un sujet particulier sera développé chaque jour et les experts des différentes structures viendront échanger avec le public. Les visiteurs des espaces « Générations Climat » découvriront « la science au service du climat dans les régions polaires », « l’innovation maritime au service du climat », « l’observation de l’océan », « l’évolution du climat », mais aussi « Sensibiliser le public, entre océan et climat ». Du 1er au 11 décembre (journée off le 6 décembre), 10 journées de rencontres, de discussions, de partage de connaissances et de savoirs entre les acteurs bretons, publics et privés, et le public international présent au Bourget pendant la COP21.
Jeudi 3 décembre sera une journée particulière au Bourget : elle sera dédiée à l’océan. L’objectif sera de sensibiliser les décideurs et le grand public aux enjeux climatiques liés à l’océan. Principal régulateur du climat mondial, il couvre 71% de la surface du globe, produit plus de 50% de l’oxygène de l’atmosphère, absorbe environ 30% du CO2 et 93% de l’excès de chaleur générés par les activités humaines. Limiter le réchauffement de la planète à 2°C est essentiel pour maintenir cette capacité de régulation de l’océan et limiter les bouleversements qui sont en cours. Les organismes, nationaux et internationaux, dont les activités sont en lien avec l’océan proposeront aux visiteurs du Bourget des conférences, des débats, des side-events, des rencontres, des projections de films…. Cette mobilisation internationale pendant la COP21 s’étendra du 2 au 6 décembre avec un temps fort le 3 décembre.
Pour l’occasion, à l’initiative d’Océanopolis, une mobilisation des acteurs bretons, publics et privés, aura lieu au Bourget le 3 décembre avec présence sur le stand de nombreux acteurs des organismes partenaires. Au cours de la journée, trois tables-rondes seront organisées par Océanopolis :
  • « La machine climatique Océan-Atmosphère »
  • « L’adaptation des écosystèmes côtiers au changement climatique »
  • « L’innovation maritime, source de solutions » en collaboration avec le Pôle Mer Bretagne Atlantique.
  •  
Parallèlement, des films réalisés dans le cadre de programmes, nationaux et européens, seront diffusés dans l’espace « Générations Climat » du Bourget :
- « Mésocosmes et lacs marins, un tremplin vers l’océan » et « Les mailles de l’océan. L’océan en haute résolution » - Production : Océanopolis et le GIS Europôle Mer
- « Gulf stream: the fall of a myth? » et « The story of sardines, seals and Cape gannet in the Benguela’s region » - Production : Océanopolis et EUR-OCEANS
- « Deep-sea observatories, internet in the ocean » - Production : Océanopolis et ESONET
 
En collaboration :
  • Agence des Aires Marines Protégées
  • CLS Brest
  • ENSTA Bretagne
  • France Energies Marines
  • Ifremer
  • Institut Mines-Telecom / Telecom Bretagne
  • Institut Polaire Français Paul-Emile Victor
  • Institut Universitaire Européen de la Mer
  • JCOMMOPS
  • Pôle Mer Bretagne Atlantique
  • Service Hydrographique et Océanographique de la Marine
  • Station Biologique de Roscoff
  • Station Marine de Concarneau / MNHN
  • Technopôle Brest Iroise
  • Université de Bretagne Occidentale
 
Avec le soutien de
  • Agence des Aires Marines Protégées
  • Fonds de Dotation de la Mer avec Sotraval
  • Pôle Mer Bretagne Atlantique
  • Service Hydrographique et Océanographique de la Marine
  • Technopôle Brest Iroise
  • Université de Bretagne Occidentale
  • Merci à Danièle Quéméneur–Boissaye,  Directrice de la Communication Direction déléguée Mer Océanopolis – Les ports de plaisance – La Recouvrance pour ces informations.
En pièces jointes : Programme complet COP21 Océanopolis :  jeudi 3 décembre Forum Océan et Climat. Auditorium Nelson Mandela; Espaces Générations Climat.
 
 

oceanopolis_programme_cop_21_forum_ocean_et_climat_auditorium_nelson_mandela.pdf OCEANOPOLIS programme COP 21 Forum Océan et Climat auditorium Nelson Mandela.pdf  (1.68 Mo)


Aquarium Océanopolis (c) Jean-Louis Courleux
Aquarium Océanopolis (c) Jean-Louis Courleux


SeaFood Fusion Festival Brest diner Océanopolis (c) Jean-Louis Courleux
SeaFood Fusion Festival Brest diner Océanopolis (c) Jean-Louis Courleux

Affice Seafood Fusion 2015 Brest (c) Jean-Louis Courleux
Affice Seafood Fusion 2015 Brest (c) Jean-Louis Courleux

Centre de Recherche Ecosystèmes Marins CREM Dr Philippe Lenfant Directeur Crem (c) Jean-Louis Courleux
Centre de Recherche Ecosystèmes Marins CREM Dr Philippe Lenfant Directeur Crem (c) Jean-Louis Courleux
Je vous recommande mes nombreux reportages et interviews vidéos autour de la mer et des océans, des algues : rubriques environnement, développement durable, santé bien être, Gastronomie, tourisme.
Un reportage à Perpignan parmi 1179 au 29 novembre 2015 susceptible de vous intéresser :
Dr Philippe Lenfant Directeur CREM Centre de Recherche Ecosystèmes Marins, Professeur Université de Perpignan Via Domitia. Chef de Plongée Scientifique. Interview vidéo.
et bien sûr mon premier reportage SEAFOOD Fusion Festival :

http://www.courleuxsansfrontieres.com/Fruits-de-mer-coquillages-produits-de-la-mer-a-la-fete-avec-les-Chefs-au-Seafood-Fusion-Oceanopolis-Brest_a1178.html
 Vous pouvez me suivre à la COP21 et sur tous les réseaux sociaux.
Pour reprendre faire suivre un reportage : aller an haut article et cliquez sur PARTAGER
Merci
Jean-louis Courleux
jlc@courleuxsansfrontieres.com


twitter [@jlcourleux]mail:@jlcourleux
 
Jean-Louis COURLEUX
Jean-Louis COURLEUX

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12