Philippe Brenot, psychiatre, anthropologue. Nouvel éloge de la masturbation Editions L' Esprit du Temps. Directeur des enseignements de Sexologie et Sexualité Humaine à l'Université Paris Descartes, Président Observatoire International du Couple.

Mercredi 4 Septembre 2013

Philippe Brenot est écrivain, psychiatre et anthropologue, il dirige l'enseignement de sexologie et de sexualité humaine à l’université Paris Descartes et préside l’Observatoire International du Couple. Ses recherches concernent l'anthropologie, la physiologie sexuelle et l’évolution du couple. Il est également directeur littéraire aux Editions L’Esprit du Temps/PUF.

Ouvrages en librairie :
Les Mots du corps (l'Esprit du Temps, 1992), Les Mots du sexe (l'Esprit du Temps, 2002), Les Mots du sommeil (L'esprit du Temps, 1991), Les Mots de la douleur (L'Esprit du Temps, 1992), La Sexologie (P.U.F., 1994), Place Pey-Berland, lettre ouverte aux maires de Bordeaux (Confluence, 1996), Eloge de la masturbation (Zulma, 1997), La honte des origines in Si les lions pouvaient parler (Gallimard, 1998), Les Emotions (Zulma, 1998), La Relaxation (P.U.F., 1998 et 2003), Relaxation et sexualité (Odile Jacob, 1998), Les Médecins de l'amour (Zulma, 1998), De la lettre d'amour (Zulma, 2000), Inventer le couple (Odile Jacob, 2001), Qu’est-ce que l’amour ? (avec A. Comte Sponville) (L'Esprit du Temps, 2001), 500 ans de psychiatrie (L'Esprit du Temps, 2001), Le sexe et l’amour (Odile Jacob, 2003), Le Journal d’Arthur et Chloé (Odile Jacob, 2004), Le Dictionnaire de la sexualité humaine (L'Esprit du Temps, 2004). Le Génie et la folie en peinture, musique et littérature (Odile Jacob, 2007), L’éducation à la sexualité (P.U.F., 2007), PSY, mode d’emploi (L'Esprit du Temps, 2007), Les Violences ordinaires des hommes envers les femmes (Odile Jacob, 2008), Le sexe, l’Homme et l’évolution (avec Pascal Picq, Odile Jacob, 2009), Le Vin et l’Amour (Ed. Féret, 2009), Qu’est-ce que la sexologie ? (Payot, 2012), Les Hommes, le sexe et l’amour (ed des Arènes, 2011), Les Femmes, le sexe et l’amour (ed des Arènes, 2012), Le Parfum et l’amour (L'Esprit du Temps, 2013).



Philippe Brenot, psychiatre, anthropologue. Nouvel éloge de la masturbation Editions L' Esprit du Temps.(c) Jean-Louis Courleux
Philippe Brenot, psychiatre, anthropologue. Nouvel éloge de la masturbation Editions L' Esprit du Temps.(c) Jean-Louis Courleux
Philippe Brenot, psychiatre, anthropologue. Nouvel éloge de la masturbation Editions L' Esprit du Temps.

Philippe Brenot est Directeur des enseignements de Sexologie et Sexualité Humaine à l'Université Paris Descartes,
préside l' Observatoire International du Couple.
 





Interview vidéo exclusive : Philippe Brenot, psychiatre, anthropologue. Nouvel éloge de la masturbation Editions L' Esprit du Temps.

Philippe Brenot est écrivain, psychiatre et anthropologue, il dirige l'enseignement de sexologie et de sexualité humaine à l’université Paris Descartes et préside l’Observatoire International du Couple. Ses recherches concernent l'anthropologie, la physiologie sexuelle et l’évolution du couple. Il est également directeur littéraire aux Editions L’Esprit du Temps/PUF.
 



Philippe Brenot, psychiatre, anthropologue. Nouvel éloge de la masturbation Editions L' Esprit du Temps.(c) Jean-Louis Courleux
Philippe Brenot, psychiatre, anthropologue. Nouvel éloge de la masturbation Editions L' Esprit du Temps.(c) Jean-Louis Courleux
Philippe Brenot, psychiatre, anthropologue. Nouvel éloge de la masturbation Editions L' Esprit du Temps.


Philippe Brenot, auteur de « Les Hommes, le sexe et l’amour » et « Les Femmes, le sexe et l’amour », à paraître le 28 Août 2013, "NOUVEL ELOGE DE LA MASTURBATION".

Extraits :

 « Je l’avoue ici publiquement et comme un acte expiatoire : oui, je me suis masturbé… et à plusieurs reprises ! » Cet éloge est à la fois un manifeste contre l’ignorance, les préjugés et les idées reçues mais aussi un ouvrage pour l’épanouissement sexuel destiné en particulier aux femmes.  La couverture du livre avec la Vénus d’Urbin de Titien, en 1538, montre combien l’érotisme féminin n’était pas réprouvé au 16e siècle !
La masturbation a été violemment condamnée pendant deux siècles en Occident, de la moitié du XVIIIe siècle à la moitié du XXe siècle. Auparavant, rien de tel. Cet acte dit « solitaire » était même encouragé au XVIIe siècle par les matrones, les sages-femmes de l’époque, qui pensaient que cela favorisait la fécondité. Une grande peur s’est développée à la fin du XVIIe siècle en Europe avec les interrogations sur la multitude des spermatozoïdes que l’on venait de découvrir : « Et si, chaque homme contenait en lui toute l’humanité à venir, la masturbation serait alors en quelque sorte un génocide ! »
Cet ouvrage, maintenant classique, publié pour la première fois en 1996 (ed. Zulma), est repris dans une édition remise à jour, augmentée et complétée d’illustrations, et enrichi d’un « Glossaire masturbatoire ».  
 
Nouvel Eloge de la Masturbation par Philippe Brenot
Editeur : L’Esprit du Temps Collection : Textes Essentiels
Format : 14 x 19, 144 p - Prix : 12,00 €
 
 Philippe Brenot NOUVEL ÉLOGE DE LA MASTURBATION
© L’Esprit du Temps, 2013
 
Prélude
Je l’avoue ici publiquement et comme un acte expiatoire : « Oui, je me suis masturbé… et à plusieurs reprises ! » Cet aveu d’un crime abject doublé de récidive m’aurait coûté la vie en Espagne sous l’Inquisition, m’aurait valu la prison au XVIIIe siècle, la bastonnade et des sévices corporels au XIXe et du mépris ou une forte réprobation il y a peu. Il laisse aujourd’hui certains indifférents, mais blesse encore l’incertitude des autres qui ne savent toujours pas ce que l’on doit en penser.
Ben Johnson a avoué son dopage, de Quincey a avoué l’opium, et Gautier le haschich ; j’avoue la masturbation, crime solitaire s’il en est, qui plonge ses racines dans les préceptes divins du texte de la Bible et renaît de ses cendres au « siècle des ténèbres », le XVIIIe, non celui de Rousseau, mais celui de Tissot, citoyen de Genève lui aussi, qui a très maladroitement prôné la guerre du sexe.
 
Avec la publication en 1712 d’Onania puis en 1758 du Traité De l’onanisme et des maladies produites par la masturbation, Bekkers et Tissot inaugurent deux cents ans d’obscurantisme en déclarant la répression sexuelle, répression des pulsions à peine naissantes, culpabilisation du sexe dans cequ’il a de plus « inventif », de plus naturel, de plus nécessaire : la masturbation. Au fil du temps, ce discours est passé dans les moeurs, il imprègne encore aujourd’hui la langue et la conscience populaire, il est
toujours vivant au coeur de nos incertitudes, il alimente la culpabilité de l’homme, de la femme ou des couples qui croient secrètement, dans leur for intérieur, que ce qui est bon est mal.
 
Bien que ce soit l’acte le plus fréquent de notre sexualité, la masturbation reste le tabou le plus intime de la morale sexuelle occidentale. Les mœurs ont changé, on montre le sexe à la télé, on peut parler du viol, de l’inceste, du transsexualisme, car cela ne nous concerne pas directement : je n’ai jamais violé ni abusé quiconque sexuellement, je ne serai jamais incestueux (se), tandis que…Cette formidable croisade, menée pendant près de deux siècles par une armée de persécuteurs naïfs, était en réalité motivée, justifiée, et même légitimée par une très grande peur, celle de l’Apocalypse, de la toute fin du monde, de la destruction de l’humanité, devant cette bouleversante découverte : le sperme est vivant, il contient des êtres humains, attention au génocide !
 
Hommes et femmes
En 1997, lorsque j’écrivais la première version de ce texte, je le destinais surtout aux femmes pour qui on commençait à comprendre le rôle majeur que joue l’autoérotisme et la masturbation dans la « construction » de leur sexualité. Il en va de même pour les hommes qui ont cependant beaucoup moins de réticence ou d’inhibition à ce geste intime organisateur des pulsions sexuelles. Or ce message, destiné aux femmes, ne leur est pas parvenu. Si le mot masturbation est facilement pensé et prononcé par des
hommes et pour des hommes, les femmes utilisent plus délicatement le terme de caresse, notion cependant moins précise puisqu’elle peut concerner l’ensemble du corps. Un Eloge de la caresse intime aurait peutêtre été plus juste mais les consciences n’étaient pas prêtes à le recevoir.
 
Cinq ans plus tard, en 2002, lorsque Nathalie Rykiel ouvrit sa boutique rue de Grenelle à Paris, au coeur de Saint Germain des Prés, mêlant en vitrine sex-toys, cadeaux intimes et vêtements, elle permit aux représentations de la sexualité de faire un grand bond en avant. S’il était auparavant très difficile d’utiliser le vieux mot vibromasseur, hérité de la fin du XIXè siècle pour désigner le massage de toutes sortes de régions corporelles, douloureuses ou plaisantes, il devint très simple et « tendance » de parler de sex-toys et de masturbation. Dès lors, les articles sur la masturbation fleurirent dans les magazines féminins et le mot cessa d’être un épouvantail. La réhabilitation pouvait commencer et mon Eloge de la masturbation fit office de précurseur.
 
Aujourd’hui cet insiste, au-delà de sa dimension historique, sur l’importance pour toutes les femmes d’une bonne connaissance de ses réactions intimes pour les vivre ensuite harmonieusement avec le (la) partenaire de son choix. La sexualité est fondamentalement apprise par soi avant d’être vécue avec un(e) amant(e).

Que ce nouvel éloge puisse aider chaque femme, chaque homme, à se libérer des idées fausses et d’une culpabilité d’un autre temps. La persécution a maintenant cessé mais personne n’avait encore osé dire que l’interdit était levé. C’est chose faite aujourd’hui par cet Eloge de la masturbation.
 


AMOUR VÉGÉTAL OU AMOUR MÉTALLIQUE ? Chronique Philippe Brenot

Le sentiment amoureux est quelque chose de bien mystérieux que nous vivons, que nous ressentons, que nous expérimentons à la lueur de notre propre histoire et de celle des gens qui nous entourent ou même de nos patients et patientes qui sont amenés à nous en parler. Comme pour de nombreuses notions de l’ordre de l’intimité, ce mot ne recouvre pas les mêmes représentations entre les hommes et les femmes. Cette courte histoire permet d’en comprendre certaines différences.

Marika a 28 ans, elle est photographe et vit seule depuis assez longtemps mais entretient des relations intimes avec des garçons qu’elle nomme ses « sex-friend », dont parfois elle est aussi amoureuse. Elle parle ainsi d’un ami qu’elle vient de revoir : « J’ai revu hier Adrien, un ancien sex-friend que  j’ai bien aimé, j’ai même été amoureuse de lui à un certain moment, sans qu’il le sache vraiment. On a passé une très agréable soirée et on a dormi ensemble, mais sans faire l’amour car pour moi depuis plusieurs années il est devenu un ami que j’aime beaucoup. C’est pourquoi j’ai été très étonnée de sa demande, il m’a demandé si on ne pourrait pas se mettre ensemble (non pas se remettre ensemble, car nous n’avons jamais été dans une relation de couple). Je lui ai répondu : « Non, c’est trop tard ! On a raté le coche. » Il a eu l’air désemparé, je n’ai pas vraiment compris pourquoi. » Marika parle de son étonnement devant les réactions de son ami qui, lui, est très surpris de sa « fin de non recevoir ».

Amour métallique :  

Pour moi qui suis à l’écoute d’hommes et de femmes depuis plus de trente ans, rien ne me surprend de tout cela car nos modes d’attachement et nos façons d’exprimer nos sentiments sont extrêmement différents. Aucun écrit ni aucune recherche scientifique n’existe en la matière car l’amour est du domaine de la philosophie ou de la littérature. J’ai seulement une représentation personnelle que je me propose de vous livrer ici : mon impression la plus profonde est que nos deux sentiments amoureux, féminin et masculin, ne sont pas de même nature. Le sentiment masculin semble assez solide, voire inoxydable. Dans mon étude sur les hommes*, on peut être surpris de la proportion d’hommes qui se disent très amoureux de leur partenaire : 92 %. Ce sentiment semble alors très entier, voire binaire : un homme est soit amoureux soit il ne l’est pas, il existe rarement des nuances ou des intermédiaires.

Amour végétal :

Le sentiment féminin semble de toute autre nature. Depuis près de vingt ans je pose cette question aux femmes que je rencontre en thérapie : « Etes-vous amoureuse de votre partenaire ? », les femmes y répondent par de nombreuses nuances : « Plus comme avant », « je l’aime profondément mais ne suis plus amoureuse », « ça dépend des moments », « je le suis plus qu’il y a quelques années »… Et toute femme sait de quelle façon ce sentiment est fragile, peut s’estomper voire s’éteindre, alors que le sentiment masculin n’a pas l’air de suivre le même chemin. Je me figure ainsi le sentiment féminin comme de nature végétale, nécessitant d’être arrosé régulièrement, voire tous les jours, sinon il peut flétrir et disparaître.
Si nous reprenons l’exemple décrit plus haut, Marika comprend difficilement que son sex-friend devenu ami lui demande de se mettre en couple, car pour elle le sentiment, s’il a été amoureux pendant un temps, s’est muté en amitié et une reprise de la passion ne lui paraît pas possible. A l’opposé, son ami qui est certainement amoureux en secret depuis longtemps, n’a pas dû ressentir des modifications notables du sentiment qu’il porte à Marika et sa demande s’inscrit de façon intemporelle, elle aurait pu être formulée de la même manière il y a un an où, pourquoi pas, dans un an. Le lien masculin semble ainsi beaucoup plus « inoxydable » !
Nous avons beaucoup à comprendre du vécu de l’autre sexe car nous échangeons des mots qui n’ont pas les mêmes représentations.

* Les Hommes, le sexe et l’amour, éditions les Arènes, 2011


A POIL !  Philippe Brenot

Un débat d’actualité apparaît dans les réponses des hommes à mon enquête sur leur intimité, leur sexualité et leurs comportements amoureux* : les poils pubiens et l’épilation. Malgré le caractère très récent de l’épilation pubienne chez la femme, les réactions des hommes sont passionnées et passionnelles. Il des tenants du poil et des tenants du sexe nu. Vous en connaissez l’histoire, cette épilation extrêmement récente a débuté dès les années 1970 par l’épilation du « maillot », conséquence de la libération sexuelle et de plus de liberté l’été sur les plages. L’épilation partielle ou totale des poils pubiens est, par contre, un phénomène nouveau, vous l’observez chaque jour sur les femmes que vous examinez, plus fréquemment cependant en milieu urbain et dans les très grandes villes, qu’en milieu rural.

Epilation totale

D’abord demandée par les hommes, mais dénoncée par certains comme une « déviation pédophile », l’épilation féminine totale ou quasi totale, est aujourd’hui très répandue, peut-être par emprunt à la coutume maghrébine du pubis rasé dans certaines circonstances ou pour des raisons d’hygiène. Cela amène les hommes à se situer par rapport au poil avec une étonnante évolution : en quelques années les tenants du poil et d’un « pubis nature », sont devenus minoritaires. Mais ils résistent avec force : « Ma femme n’a pas le sexe épilé. Je trouve ça plus nature et plus beau… », « les poils sont indispensables », « j’aime son humidité et sa pilosité », « j’aime son sexe « nature », je lui demande de se raser le moins possible ».
Les tenants de l’épilation sont certainement les plus militants et leurs arguments sont nombreux, surtout du côté de l’érotisme et de l’esthétique : « J’aime voir le sexe de ma femme toujours rasé. », « J’épile ma femme toutes les semaines ! », « Elle s’épile à ma demande et j’aime bien ça, tant au niveau du contact que de la vue. », « J’en suis ravi. Son sexe m’attire, je le trouve beau et adorable. On est d’accord pour qu’elle le porte totalement épilé. », « Je l’aime épilé, c’est plus agréable lors du cunnilingus », « je n’aime pas trop les poils chez une femme », « j’aime qu’elle en prenne soin, qu’elle fasse attention à son épilation ».
Là où il y a quelques décennies les hommes ne s’intéressaient en rien aux soins du corps de leur partenaire, l’évolution est stupéfiante en seulement une génération qui est devenue très attentive à ces détails corporels. La pratique du cunnilingus y est très certainement pour quelque chose, elle est aujourd’hui très répandue : 91 % des hommes disent aimer et pratiquer le cunnilingus, mais presque autant de femmes (80 %). Les pratiques érotiques entretiennent le désir dans le couple s’il n’y a aucune barrière à leur accomplissement, notamment en termes de soin et d’hygiène.

Evolution

En quelques décennies, le regard des hommes et des femmes sur leurs parties intimes a profondément changé en raison du développement de l’érotisme dans le couple nécessaire à la continuité de l’intimité sexuelle. L’épilation féminine, partielle ou totale semble aujourd’hui un vœu masculin assez largement répandu. L’épilation masculine, par contre, l’est beaucoup moins, les femmes ne la réclament pas et peu d’hommes s’y sont encore intéressés. D’abord répandue dans des milieux homosexuels, cette « mode » masculine est parfois partagée par l’homme dans un couple comme une contrepartie du soin que la femme porte à son sexe. L’avenir nous éclairera sur la pérennité de cette pratique mais cela ne concerne aujourd’hui qu’une faible minorité masculine. Il semble plutôt que se dessine un couple moderne érotisé fait d’une femme au corps soigné, apprêté, épilé, sorte d’anti-nature, et d’un homme modérément velu moins apprêté mais soigné et symbole de nature.
Dans une question aussi intime l’important est très certainement d’être à l’écoute du regard du partenaire et pour cela le dialogue est nécessaire.

* Les Hommes, le sexe et l’amour, éditions les Arènes, 2011. 
 



Philippe Brenot, auteur de « Les Hommes, le sexe et l’amour » et « Les Femmes, le sexe et l’amour ».
"NOUVEL ELOGE DE LA MASTURBATION".
Extraits :



Petit glossaire masturbatoire :

Voici un inventaire non exhaustif des dérivés, synonymes et qualificatifs de la masturbation relevés dans plus d’une centaine
d’ouvrages traitant de cette odieuse perversion. Le déchaînement passionnel des adversaires de la masturbation n’avait jamais de mots assez forts pour nommer ce mal suprême et toujours le nommer autrement. La fonction de cet impressionnant et très hétéroclite catalogue était évidemment de susciter l’angoisse, la honte et la culpabilité. On peut cependant noter au passage quelques grandes signatures dans ce catalogue inédit, comme le dangereux supplément et le funeste avantage de Jean-Jacques Rousseau, la chose douce et l’instant délicieux de Diderot, le besoin primitif de Freud, mais aussi l’acte démoniaque pur de Jean-Paul Sartre.

Cette liste impressionnante de près de huit cents synonymes peut être rapprochée de l’inventaire de la sémiologie sexuelle de Pierre
Guiraud qui recense mille trois cents termes pour désigner le pénis, et nous incite à penser que, dans le contexte de sa répression et à la grande époque des médecins de l’amour, la masturbation fut certainement le premier référent du langage.
 
aberration morale
abominable infamie
abomination
abstinence fallacieuse
abus de soi
abus de soi‐même
abus odieux
abus ordinaire
abus sexuel
abus vénérien
âcre volupté
acte abusif
acte antiphysique
acte compulsif
acte contre nature
acte d’agression
acte de la main
acte de suicide
acte démoniaque
acte immature
acte immoral
acte insensé
acte malheureux
acte matériel
acte mortel
acte para‐naturel
acte pre‐génital
acte répugnant
acte secret
acte semi‐morbide
acte vicieux
action solitaire
activité autoérotique
activité de remplacement
activité monomaniaque
activité solitaire
activité subalterne
affaire privée
affreuse coutume
affreuse énormité
affreux substitut
agir contre nature
agréable démangeaison
alternative plaisante
amour avec soi
amour indépendant
amour solitaire
anomalie constitutionnelle
apparence
apprentissage
amoureux
ardeur inextinguible
artifice génital
assouvissement érotique
attentat à la pudeur
attentat contre la nature
attouchement coupable
attouchement digital
attouchement honteux
attouchement impur
attouchement manuel
attouchement répété
attouchement secret
attouchement vicieux
attouchement voluptueux
autisme stérile
autocomplaisance
autoérotisme
autoérotisme morbide
autoérotisme ordinaire
autopollution
autosatisfaction
autosuffisance
automanipulation
automatisme réflexe
autonomie sexuelle
autosatisfaction
autosexualité
autostimulation
autosuffisance
avatar génital
aveuglement coupable
besoin naturel
besoin primitif
besoin sexuel
bêtise de gosse
branlette
branlette fortuite
branlouiette
calamité publique
cancer
caresse
caresse criminelle
caresse voluptueuse
caresses coupables
cause de folie
cheiromanie
chose bien simple
chose douce
clitorisation
coït interrompu
coïtus interruptus
commerce criminel
commerce débauché
commerce indiscret
communion solitaire
complaisance vicieuse
comportement anormal
comportement banal
comportement déviant
comportement primitif
compromis infantile
conduite coupable
conduite d’attente
conduite évacuatrice
conduite secrète
consommation perverse
consomption dorsale
contra naturam
contrainte incoercible
contrainte physiologique
contre‐sexualité
convulsion amoureuse
corruption
corruption des moeurs
coupable dérèglement
coupable épidémie
coupable laisser aller
crime
crime abject
crime abominable
crime animal
crime antiphysique
crime atroce
crime censuré
crime contre Dieu
crime contre l’humanité
crime d’Onan
crime devant Dieu
crime honteux
crime pernicieux
crime réputé très grand
crime secret
crime social
criminelle habitude
criminelle passion
crise de désir
cynique expédient
danger particulier
dangereux penchant
dangereux raté
dangereux supplément
danse obscène
débauche
débauche contre nature
débauche effrénée
débauche manuelle
débauche outrée
débauche raffinée
débauche sans bornes
débauche solitaire
débauchement répétitif
débordement honteux
décadence décadence maniaque
déchéance morale
déchéance perverse
déchéance physique
défaillance funeste
défaillance psychologique
défaut contraire à la nature
dégénérescence
dégoût de soi
dégoûtant tableau
dégoûtante infamie
dégoûtante turpitude
délectation séductrice
délicieuse pratique
démence perverse
déplorable habitude
dépravation morale
dépravation vicieuse
dérèglement des moeurs
dérèglement inimaginable
désir inaccompli
désir lascif
désir oedipien
désoeuvrement mortel
désordre complet
désordre funeste
détestable habitude
détestable manoeuvre
détestable pratique
détresse intime
déviance invétérée
déviance précoce
déviance solitaire
déviation masquée
diabolique plaisir
divertissement enfantin
drame des familles
écart de l’imagination
échappement interdit
école de l’abandon
effusion de vie
égarement
égarement juvénile
égarement secret
égarement solitaire
égocentrisme
égoïsme monstrueux
élément fondamental
énorme (l’)
énormité
énormité de la main
énormité secrète
entraînement vicieux
entreprise défendue
énurésie infantile
énurésie nocturne
épanouissement personnel
épidémie vicieuse
équilibre personnel
éréthisme coupable
érotisme décongestif
erreur catastrophique
erreur concrète
éruption volontaire
ersatz génital
esclavage habituel
étape indispensable
étape maturative
étape nécessaire
état malheureux
évacuation contre nature
évacuation dangereuse
évacuation excessive
excès coupable
excès de débauche
excès funeste
excès génital
excès honteux
excès maniaque
excès vénérien
excitation locale
excitation manuelle
excitation perverse
excrétion forcée
excrétion illégitime
excrétion illicite
excrétion immodérée
exécrable folie
exercice égoïste
expérience décevante
expérience didactique
expérience morbide
expérience primaire
expérience solitaire
exploration de soi même
expression incomplète
exubérance sexuelle
exutoire des fantasmes
fâcheuse habitude
faiblesse accidentelle
faiblesse épisodique
faiblesse humaine
faiblesse impénitente
fantasme incestueux
fatal secret
fatigue vicieuse
fausse convulsion
fausse jouissance
fausse volupté
faute grave
faute horrible
faute hostile
faute sexuelle
faute vénérienne
faux besoin
faux‐coït
faux‐pas (faut pas !)
ferveur soutenue
fixation anormale
fléau des familles
fléau du monde
fléau héréditaire
fléau redoutable
flétrissure prématurée
folie normale
folie solitaire
folle extravagance
fornication
fraude génésique
friction mécanique
friction perverse
fringale insatiable
frottement prolongé
frottement vicieux
funeste attrait
funeste avantage
funeste carrière
funeste habitude
funeste penchant
funeste pratique
funeste tromperie
fureur
fureur spermatique
gâchis de semence
gaspillage d’énergie
gaspillage séminal
génitalité incomplète
genre de pollution
gentillesse de collège
geste
geste banal
geste compensatoire
geste d’amour
geste infécond
geste irréligieux
geste sale
geste sans retenue
geste stérile
grande habitude
grave désordre moral
gymnastique solitaire
habitude
habitude (l’)
habitude ancestrale
habitude ancienne
habitude criminelle
habitude décongestive
habitude démentielle
habitude dénaturée
habitude dépravée
habitude fatale
habitude funeste
habitude hideuse
habitude honteuse
habitude hygiénique
habitude infâme
habitude morbide
habitude narcissique
habitude nocive
habitude nuisible
habitude pernicieuse
habitude regrettable
habitude scolastique
habitude secrète
habitude sexuelle
habitude solitaire
habitude tyrannique
hasard d’un frottement
hasard du geste
honte
honte de soi
honteuse pratique
honteuse rechute
honteux plaisir
horreur
horreur hypocrite
horrible manoeuvre
horrible phénomène
humiliation de la nature
hygiène illicite
hygiène sexuelle
hygiène solitaire
hyperactivité morbide
idéal extra‐génital
idée fixe
idée lascive
ignoble méfait
illusion sexuelle
image révoltante
imagination corrompue
immaturité
immonde habitude
immonde souillure
immoralité coupable
imperfection affective
imperfection sexuelle
imprudence
imprudence
maniaque
impudicité
impureté
impureté avec soi même
impureté coupable
impureté inavouable
incitation manuelle
inconduite honteuse
inconscience regrettable
incontournable malédiction
indignité
indolescence coupable
infâme coutume
infâme débauche
infâme fureur
infâme habitude
infâme passion
infâme pratique
infamie
infamie d’Onan
infamie factice
infanticide
infantilisme
infernale épidémie
infernale horreur
ingéniosité morbide
inhibition
instant délicieux
instant nécessaire
instinct d’évacuation
instinct fatal
ipsation
ipsation
autoérotique
ipsation héréditaire
ipsation passagère
ipsationisme
ipsiation
irresponsabilité absolue
irritation génitale
jeu génital
jeu infantile
jeu nocif
jeu pervers
jeu solitaire
jeu vicieux
jouissance abusive
jouissance excessive
jouissance furtive
jouissance illicite
jouissance inférieure
jouissance maniaque
jouissance mensongère
jouissance solitaire
lascivité secrète
lèpre
lèpre honteuse
libertinage mensonger
libertinage solitaire
lubricité
lubricité héréditaire
luxure
luxure artificielle
luxure intérieure
luxure malicieuse
luxure mortelle
luxuria
main homicide
main libertine
mal abject
mal héréditaire
mal honteux
mal originel
mal redoutable
mal solitaire
mal suprême
maladie des yeux cernés
maladie grave
maladie mortelle
malheureux penchant
manie célibataire
manie de compensation
manie désastreuse
manie funeste
manie hideuse
manie stérile
manière de libertinage
manifestation impudique
manifestation instinctuelle
manipulation coupable
manoeuvre apaisante
manoeuvre décongestive
manoeuvre digitale
manoeuvre funeste
manoeuvre honteuse
manoeuvre illicite
manoeuvre inavouable
manoeuvre narcissique
manoeuvre nocive
manoeuvre odieuse
manoeuvre onanistique
manoeuvre perverse
manoeuvre regrettable
manoeuvre solitaire
manoeuvre vicieuse
manstupration
manuélisation
manustupration
manusturbation
massage vigoureux
mastupration
mastuprationmanie
masturbation
masturbomanie
maturation sexuelle
mauvais désir
mauvaise action
mauvaise habitude
mauvaise manoeuvre
meurtre
meurtre inique
minute de vertige
misère de l’humanité
misère humaine
misère sexuelle
mollesse
mollities
moment de péché
mouvement gracieux
mouvement rythmé
moyen contre nature
moyen factice
narcissisme pervers
narcissisme pseudogénital
nervosisme imaginatif
névrose criminelle
névrose de compensation
névrose narcissique
névrose sexuelle
névrose sexuelle caractérisée
nocivité de la chair
obsession
obsession masculine
odieuse coutume
odieuse habitude
odieuse luxure
oeuvre des ténèbres
oeuvre infructueuse
offense à Dieu
onania
onanisme
onanisme effréné
onanisme funeste
one‐man‐show
orgasme coupable
orgasme solitaire
outrage à la nature
outrage à la pudeur
outrage hystérique
panacée sexuelle
parapathie
paraphilie
paroxysme
hystérique
passion
passion contre nature
passion criminelle
passion funeste
passion honteuse
passion indomptable
passion obscène
passion solitaire
passivité infantile
péché contre la pureté
péché contre nature
péché d’inertie
péché d’Onan
péché de faiblesse
péché de la jeunesse
péché de luxure
péché de mollesse
péché de paresse
péché de souillure
péché maudit
péché mortel
péché renouvelé
péché secret
péché stérile
penchant effréné
penchant honteux
penchant maladif
penchant solitaire
pensée immonde
péril de mort
pernicieuse habitude
pernicieuse pratique
perte séminale
perversion
perversion caractérisée
perversion systématique
perversité notoire
pétillomanie
petite névrose
pis‐aller
plaie de la société
plaie vive
plaisir à soi
plaisir clandestin
plaisir contre nature
plaisir criminel
plaisir de compensation
plaisir des dieux
plaisir des écoles
plaisir désordonné
plaisir égoïste
plaisir forcé
plaisir fugitif
plaisir génital
plaisir illicite
plaisir inconnu
plaisir indépendant
plaisir individuel
plaisir inférieur
plaisir innocent
plaisir libératoire
plaisir odieux
plaisir original
plaisir para‐naturel
plaisir paroxystique
plaisir philosophique
plaisir ridicule
plaisir satanique
plaisir solitaire
plaisir stérile
plaisir sui generis
plaisir trompeur
pollution
pollution décongestive
pollution du corps
pollution manuelle
pollution volontaire
pratique abominable
pratique abusive
pratique anxieuse morbide
pratique bizarre
pratique démentielle ‐chronique
pratique épisodique
pratique frénétique
pratique héréditaire
pratique lascive
pratique nocive
pratique onanistique
pratique pénienne
pratique surabondante
précipice volontaire
première expérience
première volupté
prétendu besoin
problème moral
procédé barbare
projection mentale ‐maladive
prostitution
prostitution génitale
prostitution manuelle
prostitution secrète
pseudo‐coït
pseudo‐pénétration
pseudo‐plénitude
pseudo‐réflexe génital
psychopathie sexuelle
pulsion incoercible
pulsion naturelle
pur acte honteux
pure satisfaction
quasi‐solipsisme libidinal
ravissement solitaire
réalité biologique
recherche solitaire
récréation dangereuse
régression animale
régression sexuelle
relâchement lamentable
renoncement au mariage
repli sur soi
repliement sur soi
rite immuable
sacrilège
sale habitude
sale volupté
salissante obsession
saloperie
satisfaction autoérotique
satisfaction commode
satisfaction coupable
satisfaction solitaire
scandale impudique
scène lubrique
secrète impudicité
self‐pollution
semen extra vas
sensation impure
sensualité honteuse
sensualité solitaire
seule grande habitude
sève de cupidité
sexe criminel
sexualité immature
sexualité inachevée
sexualité incomplète
sexualité machinique
simple déviation
simple geste exonérateur
singulière démangeaison
sollicitation abusive
sollicitation biologique
somnifère naturel
sorte de débauche
sot plaisir
souillure clitoridienne
souillure coupable
souillure de la chair
souillure de la nuit
souillure de soi
souillure infantile
souillure manuelle
souillure sensuelle
souillure vicieuse
soulagement
spasme solitaire
spasme voluptueux
spectacle affligeant
spermatorrhée volontaire
substitut
substitut coupable
substitut de fornication
substitut légitime
substitut stérile
subterfuge amoureux
suçage de pouce
succédané anticipant
succédané d’amour
succédané hétérosexuel
suicide
sujet répugnant
surmenage néfaste
tare ancestrale
tare solitaire
tendance instinctuelle
tentation de la chair
tentative coupable
tic nerveux
toucher déshonnête
touchette
toxicomanie
trémoussement
répétitif
tripotage solitaire
triste succédané
tromperie de l’absence
tromperie de la nature
trouble sexologique
turgescence maladive
turpitude
turpitude dégoûtante
turpitude funeste
tyrannie de l’habitude
tyrannie de l’instant
universel péché
usage désordonné
vacuité pénible
véritable maladie
vice
vice artificiel
vice atroce
vice commode
vice commun
vice contre nature
vice d’éducation
vice d’onanisme
vice de la première enfance
vice des collèges
vice funeste
vice génital
vice héréditaire
vice impardonnable
vice impubère
vice infantile
vice manifeste
vice manuel
vice organique
vice persistant
vice secret
vice solitaire
vil spectacle
vil substitut
vilaine manoeuvre
vilaines manières
viol de la nature
volupté coupable
volupté criminelle
volupté douloureuse
volupté factice
volupté obscène
volupté solitaire
 
Blog : www.sexologie.blog.lemonde.fr
Site : www.couple.asso.fr
 
 
 


Actualité : Lancement de la librairie numérique 100% érotique.

Lancement de Clearpassion.fr, la nouvelle librairie numérique consacrée à la littérature érotique.

C’est une évidence, la relation à l’érotisme change. Elle est devenue ouverte, décomplexée. Finis les sex-shops sordides, les boutiques sont claires et lumineuses, ouvertes aussi bien aux femmes qu’aux hommes. La littérature érotique envahit les rayons. Nouvelle venue sur ce marché, Clearpassion.fr est une librairie numérique consacrée à la littérature érotique. Elle se revendique de son époque et de cette relation ludique et transparente au sexe, où les femmes ne sont pas en reste.
 
À l’instar de son emblème – un petit piment rouge – Clearpassion.fr se veut la librairie numérique la plus pimentée de la toile.
Le site propose plus de 2000 références de livres numériques érotiques pour tablettes, liseuses, smartphones et ordinateurs.
 
Les livres romantiques – moins pimentés - sont également bien présents, clairement identifiés dans la section “Romance”.
Son système de recherche innovant guide le lecteur vers ses choix les plus intimes, à travers sept “alcôves” qui regroupent préférences et univers littéraires : “romance” , “fantasmes”, “libertinage”, “entre filles”, “entre garçons” et “BDSM”. Et son lexique des mots coquins relie chaque sujet, même parmi les plus inattendus, à des suggestions d’ouvrages qui en parlent…
Clearpassion.fr vise un trafic de 100.000 visiteurs uniques par mois dès 2014.
 
www.clearpassion.fr
 

Merci à Anne Testuz pour ces informations.


 

Bonne découverte de mon site internet www.courleuxsansfrontieres.com

Je vous recommande mes rubriques : santé, bien ëtre, étonnant,

Plus de 730 articles et interviews vidéos exclusives au 27 juillet 2013.
Jean-Louis COURLEUX
Jean-Louis COURLEUX

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 6